Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 mai 2012

Paris Mai...44 ans plus tard

Paris Mai


Claude Nougaro

1er mai 2012, des manifestations à Paris

Fête du travail 


Paris Mai


Merci Mouche 45


 1er-mai-2012-muguet-la-fete.html


Claude Nougaro


Parole de Paris Mai

Mai mai mai Paris mai

Mai mai mai Paris

 

Le casque des pavés ne bouge plus d'un cil

La Seine de nouveau ruisselle d'eau bénite

Le vent a dispersé les cendres de Bendit

Et chacun est rentré chez son automobile

J'ai retrouvé mon pas sur le glabre bitume

Mon pas d'oiseau-forçat, enchaîné à sa plume

Et piochant l'évasion d'un rossignol titan

Capable d'assurer le Sacre du Printemps

Ces temps-ci je l'avoue j'ai la gorge un peu âcre

Le Sacre du Printemps sonne comme un massacre

Mais chaque jour qui vient embellira mon cri

Il se peut que je couve un Igor Stravinsky

 

Mai mai mai Paris mai

Mai mai mai Paris

 

Et je te prends Paris dans mes bras pleins de zèle

Sur ma poitrine je presse tes pierreries

Je dépose l'aurore sur tes Tuileries

Comme roses sur le lit d'une demoiselle

Je survole à midi tes six millions de types

Ta vie à ras le bol me file au ras des tripes

J'avale tes quartiers aux couleurs de pigeon,

Intelligence blanche et grise religion

Je repère en passant Hugo dans la Sorbonne

Et l'odeur d'eau-de-vie de la vieille bombonne

Aux lisières du soir, mi-manne, mi-mendiant

Je plonge vers un pont où penche un étudiant

 

Mai mai mai Paris mai

Mai mai mai Paris

 

Le jeune homme harassé déchirait ses cheveux

Le jeune homme hérissé arrachait sa chemise :

"Camarade, ma peau est-elle encore de mise

Et dedans mon cœur seul ne fait-il pas vieux jeu ?

Avec ma belle amie quand nous dansons ensemble

Est-ce nous qui dansons ou la terre qui tremble ?

Je ne veux plus cracher dans la gueule à papa

Je voudrais savoir si l'homme a raison ou pas

Si je dois endosser cette guérite étroite

Avec sa manche gauche, avec sa manche droite,

Ses pâles oraisons, ses hymnes cramoisis,

Sa passion du futur, sa chronique amnésie"

 

Mai mai mai Paris mai

Mai mai mai Paris

 

C'est ainsi que parlait sans un mot ce jeune homme

Entre le fleuve ancien et le fleuve nouveau

Où les hommes noyés nagent dans leurs autos.

C'est ainsi, sans un mot, que parlait ce jeune homme

Et moi l'oiseau-forçat, casseur d'amère croûte

Vers mon ciel du dedans j'ai replongé ma route,

Le long tunnel grondant sur le dos de ses murs

Aspiré tout au bout par un goulot d'azur

Là-bas brillent la paix, la rencontre des pôles

Et l'épée du printemps qui sacre notre épaule

 

Gazouillez les pinsons à soulever le jour

Et nous autres grinçons, pont-levis de l'amour

 

Mai mai mai Paris mai

Mai mai mai Paris

 

1er Mai 2012 Muguet la fête

Fête du muguet


1er mai

Personne ne travaille


le-parfum-du-muguet-et-le-souhait-du-1er-mai.html

IMG_0345.jpg

22 avril 2010

Travail obligatoire Camp disciplinaire

Travail obligatoire


Camp disciplinaire

Un berger dans la ville 7

Seconde Guerre Mondiale

 

soldats-allemands.html

maman-papa-retour.html

louise-nicolas.html

la-camisole-de-nicolas.html

louise-en-dordogne.html

nicolas-et-moi.html



Louise partait en train vers l'Allemagne, citoyenne d'une région annexée par le Reich, elle devait montrer à la belle Allemagne son patriotisme et sa reconnaissance.

La première fois, alors qu'elle était avec sa famille alsacienne évacuée dans le sud-ouest de la France, elle était heureuse d'obéir aux exigences des allemands et revenir vers Strasbourg pour retrouver ses amis et Nicolas.

Mais l'obligation de repartir pendant six mois en Allemagne n'était pas encourageante, en plus les informations du camp disciplinaire, où était enfermé Nicolas, étaient nulles. Louise savait qu'au  ReichArbeitsDienst (RAD) elle allait apprendre à taper à la machine à écrire, sur place elle fit connaissance du télex, de son utilisation, Louise était dans les transmissions [Nachrichtenhelferinnen] !

Les informations provenant de la « machine » s'éditaient en continue sur des bandelettes de un centimètre de haut, elle devait couper, glisser ces rubans sur une éponge enduit de colle, puis encoller les écrits sur des feuilles cartonnées et ainsi les données pouvaient se lire comme sur une page de papier, un cahier ou un livre( les rubans étaient débités durant des heures, très rapidement des tonnes de documents).

Elle apprit aussi à transmettre des textes et nouvelles qu'elle recopiait au clavier.
Plus tard, cette formation, cette technique lui permettra de trouver facilement du travail en France....Une application rigoureuse de la technique du télex; c'était une pionnière.

Louise y resta un peu plus de cinq mois, dans sa chambre des alsaciennes, des allemandes, des autrichiennes....Quelques filles étaient de véritables nazis.

Le matin, levée des couleurs (drapeau hitlérien), un uniforme, une nourriture décente...Les alsaciennes détournaient le règlement pour parler discrètement le dialecte entre elles, c'était strictement défendu.
De la solidarité mais pas de véritables amitiés !!

Elle pu revenir en France, le service de travail obligatoire semblait exceptionnellement terminé, sans mission ou devoirs complémentaires.
....

Nicolas était resté au camp disciplinaire de Schirmeck durant quelques mois, sans véritables conséquences. Etant donné son jeune âge en ce début de Seconde Guerre Mondiale, c'était une espèce de camp de redressement, de petites punitions, se déplacer à genoux les mains sur la tête...Etc...Mais pas de véritables corrections ou châtiments.

Il passa Noël 1941 à la maison, Louise n'était pas revenue, une lettre informait d'un retour avant la fin de l'hiver.
Quelques jours plus tard, Louise et Nicolas étaient réunis pour quelques mois de vrais et grands bonheurs.

Les parents de Louise devaient quitter Strasbourg et toute la famille se posa dans un petit village, Irmstett. Les deux amoureux, insoucieux et légers, sans se préoccuper de l'occupation allemande, vivaient un authentique bonheur, en 1942, en Alsace, entre la ville et la campagne.


Louise & Nicolas, près de la Place de la Bourse ! 1942

IMG_0001.jpg

IMG_0002.jpg

Nicolas...sur le pont ! à Strasbourg 1942

01 janvier 2009

Scop

Scop

Société Coopérative Ouvrière de Production


Le monde du travail

un peu de moi

Dans les années 1990 je perdais mon emploi pour la troisième fois (2x pour raison économique), avec 3 autres collègue nous décidions de créer notre entreprise, après des recherches, des rencontres, des conseils, nous avons décidé de créer une Sàrl sous forme de Scop.

Voilà les 2 premières pages des statuts de la Société, j'en étais le gérant près de 10 ans; lisez bien ces quelques points qui définissent des droits, des valeurs humaines et sociales, des obligations et actes épanouissants mais aussi la certitude de pérenniser notre "travail" et aussi le partage des fruits de ce travail.

Statuts (à lire sans faute, merci)

"Le choix de la forme de société coopérative de production constitue une adhésion à des valeurs coopératives fondamentales :

- la prééminence de la personne humaine ;  - la démocratie ; - la solidarité et le partage.

En complément de ces valeurs fondamentales ou découlant de celles-ci, l'identité coopérative se définit par :

- la reconnaissance de la dignité du travail ;  - le droit à la formation ; - le droit à la créativité et à l'initiative ; - la responsabilité dans un projet partagé ; - la transparence et la légitimité du pouvoir ; - la pérennité de l'entreprise fondée sur des réserves ; - l'ouverture du monde extérieur.

Ce choix de société, au plein sens du terme, suppose la mise en pratique des 5 principes suivants :

1er principe Notre société coopérative est composée en priorité de coopérateurs salariés qui développent en commun leurs activités professionnelles et leur indépendance économique.

2ème principe L'organisation et le fonctionnement de notre société coopérative assurent la démocratie dans l'entreprise et la transparence de sa gestion.

3ième principe Pour notre société coopérative, la recherche du profit économique reste subordonnée à la promotion et à l'épanouissement de ses coopérateurs salariés.  Le partage du résultat de notre société coopérative assure une répartition équitable entre la part revenant aux salariés, la part revenant au capital social et la part revenant aux réserves de l'entreprise.

4ième principe Le patrimoine commun de notre société coopérative est constitué de réserves impartageables permettant l'indépendance de l'entreprise et sa transmission solidaire entre générations de coopérateurs.

5ième principe L'adhésion de coopérateurs salariés à notre société coopérative les rend solidairement membres du mouvement des sociétés coopératives de production."

Je vous remercie d'avoir lu ces lignes...Cette idée de la Scop, nous paraissait merveilleuse, très rapidement d'autre "pionniers" se sont joints à notre concept et sont devenus des associés-salariés.

Toujours aussi rapidement nous étions 25 salariés, mais pas tous associés de la Scop, avec un CA (la meilleure année) de près de 1,5 Million d'€uro, entre 6 & 8 % de bénéfice dont près de la moitié était reversée à tous les salariés sous forme de participation placée à 6%... Du travail, un rêve!!

Mais certains salariés-associés ne voulaient pas que tous les collaborateurs deviennent associés de la Scop, ils préféraient des dividendes pour baisser le montant des participations aux bénéfices.

Beaucoup d'épisodes malheureux plus tard, nous avons arrêté l'activité proprement, tout en regrettant les effets contraires et défavorables d'une Scop.

12 juin 2008

Offre raisonnable

 

« Offre raisonnable »

 

Mauvaise surprise pour un chômeur de Montpellier.

 

L’anpe locale lui propose un cdd d’un jour... à Sartène, en Corse, à près de 500 km de chez lui