Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 avril 2010

Bruni Sarkozy en Chine

Carla Bruni

Nicolas Sarkozy


Publicité en Allemagne


sarko petite auto.jpg

"Faites comme Madame Bruni.

Prenez vous un petit français"


Les allemands savent aussi sourire....

Bayern Münich bat Lyon 3 à zéro en France, à Gerland...Les allemands savent gagner !

 

22 avril 2010

Travail obligatoire Camp disciplinaire

Travail obligatoire


Camp disciplinaire

Un berger dans la ville 7

Seconde Guerre Mondiale

 

soldats-allemands.html

maman-papa-retour.html

louise-nicolas.html

la-camisole-de-nicolas.html

louise-en-dordogne.html

nicolas-et-moi.html



Louise partait en train vers l'Allemagne, citoyenne d'une région annexée par le Reich, elle devait montrer à la belle Allemagne son patriotisme et sa reconnaissance.

La première fois, alors qu'elle était avec sa famille alsacienne évacuée dans le sud-ouest de la France, elle était heureuse d'obéir aux exigences des allemands et revenir vers Strasbourg pour retrouver ses amis et Nicolas.

Mais l'obligation de repartir pendant six mois en Allemagne n'était pas encourageante, en plus les informations du camp disciplinaire, où était enfermé Nicolas, étaient nulles. Louise savait qu'au  ReichArbeitsDienst (RAD) elle allait apprendre à taper à la machine à écrire, sur place elle fit connaissance du télex, de son utilisation, Louise était dans les transmissions [Nachrichtenhelferinnen] !

Les informations provenant de la « machine » s'éditaient en continue sur des bandelettes de un centimètre de haut, elle devait couper, glisser ces rubans sur une éponge enduit de colle, puis encoller les écrits sur des feuilles cartonnées et ainsi les données pouvaient se lire comme sur une page de papier, un cahier ou un livre( les rubans étaient débités durant des heures, très rapidement des tonnes de documents).

Elle apprit aussi à transmettre des textes et nouvelles qu'elle recopiait au clavier.
Plus tard, cette formation, cette technique lui permettra de trouver facilement du travail en France....Une application rigoureuse de la technique du télex; c'était une pionnière.

Louise y resta un peu plus de cinq mois, dans sa chambre des alsaciennes, des allemandes, des autrichiennes....Quelques filles étaient de véritables nazis.

Le matin, levée des couleurs (drapeau hitlérien), un uniforme, une nourriture décente...Les alsaciennes détournaient le règlement pour parler discrètement le dialecte entre elles, c'était strictement défendu.
De la solidarité mais pas de véritables amitiés !!

Elle pu revenir en France, le service de travail obligatoire semblait exceptionnellement terminé, sans mission ou devoirs complémentaires.
....

Nicolas était resté au camp disciplinaire de Schirmeck durant quelques mois, sans véritables conséquences. Etant donné son jeune âge en ce début de Seconde Guerre Mondiale, c'était une espèce de camp de redressement, de petites punitions, se déplacer à genoux les mains sur la tête...Etc...Mais pas de véritables corrections ou châtiments.

Il passa Noël 1941 à la maison, Louise n'était pas revenue, une lettre informait d'un retour avant la fin de l'hiver.
Quelques jours plus tard, Louise et Nicolas étaient réunis pour quelques mois de vrais et grands bonheurs.

Les parents de Louise devaient quitter Strasbourg et toute la famille se posa dans un petit village, Irmstett. Les deux amoureux, insoucieux et légers, sans se préoccuper de l'occupation allemande, vivaient un authentique bonheur, en 1942, en Alsace, entre la ville et la campagne.


Louise & Nicolas, près de la Place de la Bourse ! 1942

IMG_0001.jpg

IMG_0002.jpg

Nicolas...sur le pont ! à Strasbourg 1942

20 avril 2010

Nicolas et moi

Nicolas et moi.


Cénac Domme

Un berger dans la ville 6

Camp disciplinaire de Schirmeck

 

soldats-allemands.html

maman-papa-retour.html

louise-nicolas.html

la-camisole-de-nicolas.html

louise-en-dordogne.html


Ce bel été 1950 engagea Louise à se rendre à La Chapelle, près du village, elle y allait souvent ces dernières années, se ressourcer, trouver des réponses et des explications!!

« De dirre Herrgott » !

Nicolas n'était pas mort, elle l'avait pleuré à de maintes reprises devant ce petit autel, maintenant elle venait remercier mais aussi y chercher des issues tout en se souvenant.

Plus d'une dizaine d'années auparavant elle allait à l'école du Dragon, Nicolas à l'école St Thomas, elle avait seize ans, lui treize...

ecole du dragon.jpg

école du Dragon Strasbourg

Elève exemplaire, son charisme, sa maturité lui donnait une certaine notoriété, il était grand, châtain bouclé, toujours bien habillé, il paraissait plus âgé.

Ils se fréquentaient bien avant l'évacuation vers la Dordogne...

Louise revivait ce voyage vers Cénac-Domme, trois jours de train en plein été, des familles dans des wagons à bestiaux, une de ses petites sœurs, le buste plâtré à la suite d'une double fracture de l'épaule.

Elle ne savait plus combien de temps ils étaient restés près de Sarlat, dans quel château son père avait installé l'électricité, combien de fois l'un des ses frères étaient tombé de vélo en descendant la côte de Domme, les processions à cheval de trait monté par son troisième frère à Cénac....Neuf mois, quinze mois ?

Un retour à Strasbourg, un recommencement avec Nicolas et cette fuite, à deux, vers la France libre dès 1941, Nicolas avait un peu plus de seize ans..

Ce contrôle de papiers, destination vers le Camp de Schirmeck pour tous les deux.

Un nom et un prénom italien, plus de trois années séparaient Luisa de Nicolas...Heureusement pas de conséquences directes, elle ne resta que quelques semaines au camp disciplinaire, elle pu passer chez ses parents, récupérer des effets personnels, direction la gare centrale, destination....

Le père de Louise était vivant, elle ne savait pas que quelques mois précédemment il était entre la vie et la mort, qu'il la demandait tout le temps, Louise ne venait pas à l'hôpital, elle avait tenté la fuite vers la France avec Nicolas.

Destination vers un service de travail obligatoire en Allemagne, ReichArbeitsDienst(RAD)....Pour Louise

Nicolas était resté au camp disciplinaire de Schirmeck....

 

Un berger dans la ville...à suivre