Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 février 2010

Desmond Tutu

Desmond Tutu


Archevêque du Cap

Prix Nobel de la Paix


Desmond Tutu, le militant d'une lutte sans merci contre l'apartheid en Afrique du Sud sera lui aussi au stadium de Wemblay le lundi 8 février 2010 à Londres, tout comme Clarence Seedorf, Bob Geldof....et 1500 jeunes venant de 192 pays !


Une petite histoire souriante !


bob-geldof.html

clarence-seedorf-le-but.html


 

02 février 2010

Bombom Stànd Bredelers

Bombom Stànd


Bredelers

Humpapamüsik d'Alsace en alsacien !


Reprise d'un vieux standard alsacien par un groupe de jeunes...Les Bredelers

Mini mini Mama het a Bombomstànd

Mini mini Pabbe het......

 


 

 

 

18 octobre 2009

François Mauriac Jeune homme

François Mauriac


Le Jeune homme

(suite...note du 16)

jeune-homme-mauriac.html

Question N°II : Que pensez-vous des idées de Mauriac sur la jeunesse ?

Pour le moment je n'éditerais pas les réponses aux questions I et III.

Réponse d'un lycéen il y a un peu plus de quarante ans (1968), matière «Français».

["La jeunesse est le premier âge de la vie, qui comprend l'adolescence et une partie de l'enfance.  Un thème toujours opposé à la vieillesse.

François Mauriac, nous parle d'abord de l'indétermination de la jeunesse, il nous expose des éléments opposés comme débauche et sainteté, tristesse et joie...En effet quand on est jeune, on hésite, l'on ne sait pas quel chemin suivre. Mais quand il écrit « c'est le temps ...de l'aridité et du renoncement », ne se trompe-t-il pas ? Car d'après moi le renoncement c'est la fin de la jeunesse, la disparition de l'ambition, l'attachement aux habitudes.

D'après l'auteur le monde s'obscurcit et se rétrécit avec la venue de l'adolescence, je ne pense pas que ceci soit vrai dans tous les cas, car il faut tenir compte du milieu, de l'éducation, du mode de vie en général.

Un jeune qui a toutes les facilités matérielles jusqu'à la fin de ses études ne verra s'obscurcir le monde que le jour où il sera adulte. Par opposition n'y a-t-il pas des enfants malheureux dés la petite enfance, je pense surtout aux enfants tyrannisés et aux orphelins. Leur univers n'est-il pas rétréci dès le début de leur vie ?

Pour F. Mauriac la jeunesse est un mauvais moment à passer, « ...il faut traverser sans périr ce dangereux passage.».

Le jeune est dominé, il doit obéir, il n'a pas le droit de commander, de surpasser les vieillards, pour ceci je suis en accord, mais de là à énoncer le vieux proverbe « Il faut que jeunesse se passe. », non, car la jeunesse exprime la santé, la vigueur, la beauté, une absence presque totale de soucis et de responsabilités ; c'est le temps des amours, des amitiés profondes, des jeux, des vacances. Pour ne pas dire de l'espérance et du rêve. Il est vrai que les vieillards parlent avec nostalgie de leur passé, de leur guerre, mais il n'y a pas de quoi être confondus, car les mauvais moments de la vie, sont toujours de bons souvenirs : ils affermissent une vie.

Les guerres sont peut-être plus faciles à entreprendre avec des jeunes gens car ils apportent la santé et le courage, mais est-ce eux qui la déclenche ? Ne serait-ce pas des vieillards ou des malades mentaux ? De nos jours, je ne pense pas que les jeunes rêvent de gloire, d'être des héros au profit  de génocides ; c'était peut-être encore vrai en dix neuf cent vingt cinq.

En effet nous ne saurons jamais ce que serait le gouvernement de la jeunesse, car les vieillards ne comprennent pas ou alors ne veulent pas comprendre (certainement par crainte !) que les jeunes sont la force économique d'un pays.

Mauriac écrit : «Avancer en âge, c'est s'enrichir d'habitudes. », c'est à se demander si le verbe enrichir convient, car les habitudes ne sont, dans leur ensemble, pas un trésor, mais plutôt une chose qu'il ne faudrait pas avoir. L'habitude nous oblige à faire consciemment ou inconsciemment ce que l'on n'aime pas, elle nous domine, nous sommes comme son vassal, l'habitude n'est donc pas une richesse.

Mauriac....etc."]

Chez Rosa une question :

"Se réserver 15 minutes pendant lesquelles, sans trop réfléchir, il faut écrire les 15 premiers livres qui nous viennent à l'esprit et auxquels nous nous sentons particulièrement liés, pour une bonne ou une mauvaise raison !"

lien

rentree-litteraire.html

Je me souvenais d'un livre que je n'avais pas aimé !

 

24 janvier 2009

Le voleur de bicyclette

Le voleur de bicyclette


Toujours ce jeune lycéen d'y il a plus de 40 ans.

 

A l'époque actuelle les jeunes apprennent beaucoup plus de choses que jadis. Nos parents nous inculquent des convictions, des préceptes moraux, des préjugés, toute une vision du monde et des rapports entre les hommes. Mais cette éducation est insuffisante, nos parents nous donnent trop souvent une fausse vison du monde, un monde trop beau, trop pur. Le cinéma, dans un certain sens, peut nous montrer la réalité, sa valeur morale est puissante.

"Le voleur de bicyclette" est un film sur la prise de conscience de notre temps et de ses problèmes sociaux. Un chômeur trouve du travail, mais il lui faut une bicyclette, il va la voler.

Pendant ce temps sa femme va retrouver un autre homme et leur enfant est tout seul, victime de la pauvreté de son père et de sa "mauvaise"mère.

Les paroles y sont brèves, mais utilitaires. La beauté du film est traduite en gros plans, où par l'expression du visage l'on devine les sentiments. Tout est triste dans ce film, mais aussi beau, une beauté qui me fait couler des larmes. Ce ne sont pas nos parents qui nous auraient montré cela.

.........