Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 mai 2012

Bayrou, PS position sectaire pour les législatives ?

François Bayrou était l'invité de la matinale de France Inter, lundi 28 mai.


Il est notamment revenu sur la posture adopté par le Parti socialiste pour les élections législatives.

"Si le PS répond à mon choix" de François Hollande "par le sectarisme, la France ne s'en sortira pas

 


Interrogé sur sa campagne dans la 2e circonscription des Pyrénées-Atlantiques, François Bayrou s'est montré confiant, tout en regrettant la posture adoptée par le Parti socialiste.

"J'ai fait un choix qui a été regardé par tout le monde comme un choix sans précédent. C'est la première fois qu'un responsable politique du centre dit: cette ligne que vous essayez de tracer entre les Français comme un mur infranchissable, cette ligne-là, nous devons la franchir", a-t-il d'abord rappelé. "Et j'ai fait un pas, tendu la main au-dessus de cette ligne pour une raison certaine, c'est que nous n'arriverons pas à nous sortir de la crise si nous ne sommes pas en mesure de travailler ensemble entre Français. Si c'est une majorité coupée en deux avec en face, une opposition agressive décidée à la faire perdre, alors c'est le pays qui va s'enfoncer", a détaillé le leader centriste.

"À ce choix sans précédent dont on voit bien qu'il est difficile, si on ne répond que par du sectarisme, que par les intérêts d'appareil, alors on est sûr que la France ne s'en sortira pas et la majorité actuelle, moins encore", a-t-il prévenu, soulignant que "l'équation politique dans sa circonscription n'est pas facile". "Une partie de l'électorat de droite, que je connais bien et parmi lequel je compte des amis, a été profondément choqué par le fait que je vote François Hollande. Il y a eu une émotion et un choc", a-t-il constaté. "Mais, il y a en même temps une réflexion qui est en train de se faire sur deux questions: pourquoi l'a-t-il fait et surtout, quel genre de député voulons-nous?

"Qui pourra nous défendre, monter au créneau, aura le courage d'affronter les puissants? Et, ils savent bien que je n'ai jamais manqué de ce courage-là, y compris pour faire bouger les lignes", a-t-il fait valoir. Revenant sur les raisons de son choix, François Bayrou a rappelé s'être déterminé "en conscience" autour de l'idée que la France "ne pouvait s'enfoncer dans les divisions autour de sujets brûlants, l'obsession de l'immigration et de l'islam", sur lesquels s'est "focalisée la campagne de Nicolas Sarkozy".

"Je voudrais maintenant que l'on regarde l'avenir et je suis sûr que chacun des électeurs de la circonscription va le faire. Chacun sait ce qui va se produire en France et les forces dont on va avoir besoin pour que le pays sorte de cet affaiblissement. C'est en fonction de cette réflexion-là, qu'ils feront leur choix et je suis sûr qu'ils le feront dans le bon sens", a-t-il conclu.

 

François Bayrou Matinale France Inter

main_article-FB-France_Inter_01.jpg

 

20 avril 2012

Le 22 avril faites le bon choix...Bayrou Vidéo

François Bayrou


Dimanche 22 avril

Le bon choix, celui de la vérité

 

 

Le 22 avril faites le bon choix


Le Flambard

 

Sans omettre de voir ou revoir : bayrou-perceval-code-konami-very-bad-trip-votez.html

18 avril 2012

François Bayrou la meilleure image présidentiable

François Bayrou


Meilleur Projet

Meilleure compréhension des problèmes

 

Selon une étude réalisée par TNS Sofres / Sopra Group pour CQFD, le rendez-vous politique d'i>TELE, François Bayrou a une image de présidentiable globalement meilleure que celle des autre candidats dont François Hollande et Nicolas Sarkozy (notamment sur la compréhension des problèmes et le projet).

 

Bayrou, la meilleure image présidentiable

tns-sofres-bayrou-presidentiable.jpg

Et n'oubliez pas notre jeu :

francois-bayrou-code-konami.html

16 avril 2012

la France derrière François Bayrou, 40 personnalités gaullistes s'impliquent

François Bayrou


40 signataires se rassemblent

tribune rendue publique par L'Express mercredi dernier

 

Quelques passages

...Il ne peut y avoir de victoire d'un camp, qu'il soit de gauche ou de droite 

Nous croyons en la force de la volonté et de la vérité pour redresser notre Pays 

François Bayrou parle à tous les citoyens de France

Aujourd'hui, il faut aux orphelins du gaullisme faire un choix 

 

Le Président Bayrou incarne aujourd'hui le mieux nos valeurs républicaines, notre attachement à la grandeur de la France, notre exigence de prospérité partagée et notre aspiration à l'élévation de l'Homme. François Bayrou, cet aquitain, ce Béarnais de France est le seul capable de répondre au besoin de réconciliation qui permettra enfin à la France de se projeter vers son destin. Car "un pays uni, rien ne lui résiste ". ""

 

Les 40 signataires Collectif Coloré - Collectif d'Opinions Républicaines.

 Jean-François Probst, ancien secrétaire général du groupe gaulliste au sénat, ancien conseiller de Jacques Chirac, Alain Juppé, Charles Pasqua et Michèle Alliot-Marie,

Florent Longuepee, responsable de Coloré, ancien secrétaire national du RPR auprès de Philippe Séguin, Xavier Jaglin, responsable de Coloré, élu local, ancien conseiller national du RPR,

Thierry Coulom, maire adjoint UMP de Nancy,

Hervé Mecheri, ancien maire adjoint de Jacques Chirac et vice président RPR du conseil régional d'IDF, Erwan Toullec, membre fondateur de l'UMP et président de France République,

Francis Nizet, membre élu de l'AFE, conseiller national UMP, professeur agrégé, Chine

Jean-Antoine Giansily, ancien président du CNIP, adjoint au maire, de Jacques Chirac et député européen,

Ibrahim Dindar, vice-président du conseil général de la Réunion, Droite sociale de la Réunion,

Sihame Arbib, présidente du club Compétence Synergie et initiative, ex-cadre de République Solidaire, Michel Bulte, ancien maire du 19ème arrondissement et adjoint au maire de Jacques Chirac,

Robert Labro, membre élu de l'Assemblée des Français de l'Etranger, groupe RFE, Italie,

Cédric Alepee, avocat au barreau de Paris, ancien secrétaire de la conférence, docteur en histoire, Fernand Vallet, maire gaulliste, Orne,

Fouzi Bouhadi , élu radical valoisien de Perpignan,

Olivier Duqueroy, élu local du Nouveau Centre, Charente-Maritime,

Nathalie Morin, élue locale UMP du Val d'Oise,

Jules-Alain Ramananjaona, ancien président de la fédération RPR de la Meuse,

Jean-Marie Cousin, maire et conseiller général divers droite de la Meuse,

Joël Rigolat, président de l'URP (union des républicains de Progrès - mouvement gaulliste), Yonne,

Cyril Talbot , secrétaire général de l'ARS (Action Républicaine et Sociale - mouvement gaulliste), Evry, Pascal Marin , responsable du RDT (rassemblement Démocrate travailliste - gaullistes de gauche),

Jean-Claude Guelh, ancien maire UPF, Moselle, Hervé Pelliet, responsable régional d'une fondation gaulliste, Quimper,

Bernard Testart, conseiller national de République Solidaire, UMP, Pyrénées atlantiques,

Jean Schmidt, conseiller national de République Solidaire, Haut-Rhin,

Victoire Soulages, étudiante, conseillère nationale de République Solidaire, Aveyron,

Moustapha Oulkhouir, conseiller national de République Solidaire, Manche,

Pierre-Théophile Essoungo, conseiller national de République Solidaire, Seine-et-Marne,

Matthieu Danen, collaborateur d'élus, Toulouse. 


Responsables associatifs: 

Emmanuel Delarue, blogueur, Paris,

Alexandre Cauchois, blogueur, Le Havre,

Hervé Cheuzeville, blogueur, auteur et travailleur humanitaire, Bastia,

Jean-Paul Teboul, officier public et ministériel, Yvelines,

Léontine Sehoue, responsable d'association humanitaire, doctorante, Beauvais,

Johann Vitrey, chef d'entreprise, UMP, Paris,

Mickaël Lecuyer, syndicaliste, Tours,

Henri Chardon , entrepreneur, Gabon,

Paul Boyer, ancien élève de l'école militaire spéciale de Saint-Cyr, Carcassonne,

Lucienne Pons, retraitée, consultante bénévole.