Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2011-05 | Page d'accueil | 2011-07 »

27 juin 2011

Eurostar remember Ringo

Eurostar

 

Ringo...

London

 

I'd like to be under the sea

............

Eurostar

Début London vers Sofia 003.jpg

Image floutée

 

22 juin 2011

Boy Scout

Boy Scout

 

Eclaireurs de France

EEDF

 

Enfin une petite image du petit AlsaCop en éclaireur

Vous vous souvenez ?

eclaireur.html

 

Foulard avec noeud en cuir et uniforme d'hiver !

 

Le petit boy scout en image

Bibi éclaireur.jpg

20 juin 2011

Première tomate du jardin...Non traitée

Tomate

 

Muguet

Non traitée

 

La saison est en avance en Alsace, tout le monde le sait ! Après le muguet du mois d'avril, du 15 avril....

 

 Muguet du Kochersberg, jardin privé

Muguet.JPG

 

Voici notre première petite tomate, de notre potager, nous venons de la déguster !

 

 Tomate du Kochersberg, jardin privé

IMG_0109.JPG

16 juin 2011

Handicap La petite histoire des handicapés qui peuvent encore sortir et avoir un vie sociale.

La petite histoire des handicapés qui peuvent encore sortir et avoir un vie sociale.

 

 16 juin 2011

J'avais édité cette note le 30 mars 2008, je viens de lire un bel article sur le blog de Louis Van Proosdij, j'ai donc décidé de reproposer le sujet du "Handicap", une partie du quotidien du (de la) handicapé.

adresse : blog-van-proosdij-fr.html

 

Handicap

Handicap du 30 mars 2008

Hier samedi, la manifestation organisée à l’appel du collectif « Ni Pauvre, ni soumis » a rassemblé un cortège de près de 30 000 personnes, pour exprimer une « révolte » et quémander un revenu décent pour ceux qui ne travaillent pas ou qui n’en on pas la faculté.

J’avais signé la pétition qui comporte actuellement près de 10 000 signatures, il ne s’agit pas d’une simple promenade pour demander une hausse de l’Aah (Allocation adultes handicapés) qui est de 600 €uro plus, pour une seule personne qui n’a pas d’autre revenus.

Les décideurs de tous niveaux savent rarement que les conditions de vie d’un handicapé peuvent être atroces, rien n’est en phase avec la réalité de la petite vie quotidienne des handicapés, souvent les simples gestes sont d’un coût plus élevé, d’un temps plus long, les différences s’ajoutent à la dépense, les aides physiques et matérielles disparaissent.

L’handicapé fait une demande, il devra attendre les réponses et durant ce temps survivre avec ses limites (quelquefois des mois, des années ou toute la vie), la famille de l’handicapé subit de la même manière l’utopie de ce monde fait pour les valides.

Le handicap est un vrai marché financier, pour ma part j’ai demandé trois devis pour installer une douche dédiée, les deux adresses fournies par les organismes faisaient une proposition si élevée que je les trouvais indécentes, mais comme ils (les référencés) savaient que j’étais « aidé », ils ont tenté.

Pourquoi toute cette méfiance, pourquoi ces regards, pourquoi une telle incompréhension des autres ? Bon chacun sa croix, mais vivre avec un peu plus de 600 €, souvent 24h/24 dans le logement, c’est impossible.

Tout est relatif, mais au risque de me répéter il n’y a pas de petite souffrance et si le « matériel » est correct, le handicapé saura et voudra prouver, saura remercier et saura se gérer.

J’ai de la chance, je ne touche pas l’Aah car j’ai pu travailler, ainsi la pension d’invalidité II m’est suffisante, je ne paie pas de loyer, je suis entouré par une famille, des voisins, des pots…En attendant la retraite !

J’imagine les combats d’autres, des plus malades, des plus démunis, mais j’observe aussi que certains pensent devoir être assistés à 100 %, des exemples peut-être extrêmes, de malades qui profitent d’un système bienveillant au détriment de ceux qui en ont vraiment besoin.

Durant plus de deux ans mon épouse me conduisait 3 fois pas semaines à l’hôpital, alors que je pouvais profiter des ambulances [3 x 52 semaines x 2 ans, aller retour = une somme importante pour la Sécurité Sociale], lorsque je déposais un dossier pour une aide à l’aménagement, ladite Caisse refusa toute aide financière, malgré qu’elle avait connaissance de l’implication de mon épouse…Le paradoxe, l’injustice si je n’avais que 600 € par mois !

Un fauteuil roulant, actif, valable est remboursé dans les 500 € tous les 5 ans, j’ai payé le mien plus de 3000 €, comment faire si tu touches 600 €, qu’il te faut payer un loyer et ta vie quotidienne d’handicapé est plus chère que celle du valide, si en plus tu es seul…

Pour le moment je n’ai évoqué que les sous, car après il y a les douleurs, les souffrances, les humiliations, les impossibilités…Etc. Au physique et au moral, 24h24, souvent sans issue, sans progrès, plutôt vers une pente négative.

Alors accrochez vous, l’humain dans son fauteuil roulant que vous croisez, chaque jour, sa toilette, son temps d’habillement peuvent prendre des heures avant de pouvoir faire un petit tour et savoir s’adapter aux incohérences de l’architecture, des regards, et du mal latent.

Pas mendiants, pas de pitié, un simple coup de main, un peu de fric et l’handicapé se démerdera, oups ! Se débrouillera.

blog.van-proosdij.fr

blog.van-proosdij.fr

 

Louis van Proosdij

Santé Service : quand les protocoles ignorent l’humain, ou histoire de la dégradation des soins fondamentaux

Cet homme parle formidablement bien des problèmes réelles rencontrés par les handicapés !

Voici l'adresse du blog de Louis van Proosdij :

 

http://blog.van-proosdij.fr/

07 juin 2011

L'image de l'histoire américaine de DSK

DNA

 

DSK

Olivier Picard

 

Ce n'est pas la 1ère fois que ce blog rapporte une tribune d'Olivier Picard parue dans les Dernières Nouvelles d'Alsace. Je ne suis pas en accord à 100% avec lui, mais il est certain qu'il s'agit là d'un énorme gâchis, attendons la suite et le 18 juillet.

 

"Une histoire américaine

Ce fut un moment triste. L’instantané amer d’un destin brisé. Pendant une vingtaine de secondes, les éléments de l’affaire judiciaire, maintes fois tournés et retournés, s’effacèrent brusquement. Il n’y eut plus que la marche pathétique de ce couple gravissant sous les huées les marches du palais de justice de South Manhattan quand il rêvait de monter sous les vivats celles du palais de l’Élysée.

Il n’y eut plus que ces deux personnages marqués par une épreuve rédhibitoire, cassés, défaits, et leurs mâchoires crispées qui tentaient maladroitement de sourire sans vraiment y parvenir. Comme si, par quelque sortilège maudit, ces antihéros avaient vieilli de dix ans en un mois.

Ce fut une séquence hollywoodienne où la vie est plus sombre que le cinéma. Ici, la lumière ne se rallumera pas : le réel n’offre pas de sursis. On quitte l’audience mais la séance, illimitée, continue avec cet inimaginable scénario d’un ex-directeur du FMI poursuivi pour viol.

Et une immense impression de gâchis qui assaillent les spectateurs. Pour l’agresseur présumé, qui a tout perdu. Et pour sa victime présumée, irrémédiablement abîmée par ce 14 mai tragique où une violence inattendue a ravagé sa confiance dans l’existence. La suite de la procédure n’y changera rien : il n’y aura pas de gagnant dans ce procès.

Ce fut le début d’une histoire américaine dont les protagonistes vont s’affronter dans un combat de prétoire où, rituellement, le pays règle ses comptes avec lui-même.

Peu importe que Dominique Strauss-Kahn soit français et favori pour la présidentielle. Ce qu’il incarne désormais c’est le pouvoir, l’argent, la puissance quand son accusatrice, guinéenne, représente, elle, la pauvreté du Bronx, l’effort, et la promesse de l’Amérique.

Ce fut le premier round d’un choc dont les coups échappent aux deux acteurs principaux. Un match de juristes où le droit, exigeant et pointilleux, se retrouve parfois en adversaire de la justice à force d’éviter l’injustice.

Aux États-Unis, l’image, pour le meilleur et pour le pire, est souvent une arbitre de la conscience des douze jurés, surtout dans un dossier où rôdera le doute juridique puisque l’absence de consentement de la plaignante, avancé par un camp, sera aussi difficile à prouver que son consentement, plaidé par l’autre.

Ce fut le premier point d’une partie imprévisible, marqué par l’inconnue femme de chambre guinéenne. Par impact visuel.

D’un côté, un duo de défenseurs masculins, sûr de lui, dont on sait qu’à coup de millions de dollars, il fera tout pour discréditer le témoignage de l’accusation.

De l’autre, un avocat, noir, qui ramène les faits à leur évocation la plus simple, et le tandem mixte du procureur appuyé par les « shame on you » lancés à DSK sous des centaines de caméras par des femmes de chambre solidaires de leur collègue. Une efficacité médiatique dévastatrice.

Olivier Picard"

01 juin 2011

Racing Strasbourg désenchanté Football Ligue 2

Strasbourg 1 - Châteauroux 2

 

Ligue 2

Racing Football

Réédition 1er juin 2011....2 saisons plus tard, le Racing lub de Strasbourg risque la faillite et un nouveau départ en qualité d'amateur !

 

Ce soir le Racing Club de Strasbourg est désenchanté, malgré un départ prometteur [but de Gueye à la seconde minute], plus rien, si Strasbourg encaisse 2 buts et démarre la Ligue 2 par une défaite à domicile.

La semaine passée Strasbourg s'était fait sortir de la Coupe de la Ligue, par 6 buts à 1 [6-1], par Istres le promu, qui gagne aussi ce soir.

Vannes et Angers font la bonne opération de la soirée, Metz chute lourdement, Ajaccio perd aussi en Corse.

Ligue 2 : strasbourg-chateauroux-ligue-2.html