Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 mai 2010

Malgré-Nous le Bonheur

Malgré-Nous


Front Russe

Un berger dans la ville 11

Seconde Guerre Mondiale


Nicolas se retournait, le soleil brûlant balayait son visage à travers cette fenêtre close, il voulait jouir de ce moment, en profiter, par instant il n'avait pas la certitude de vivre la réalité, effacer tous ces démons était irréalisable mais comme ce lit était agréable et Louise si proche...

En ce début de l'automne 1943 Nicolas avait dix-neuf ans, il venait de se marier à la fin du mois de septembre, il était père, sa jambe était guérie, un long voyage et le voilà à nouveau, dans la froidure, en Russie.

Il souhaitait rentrer pour Noël, infaisable ! Ce début d'année 1944 était glacé, beaucoup de soldats mouraient de maladies, de blessures, mais aussi de faim, la rigueur de l'hiver sibérien affaiblissait l'armée allemande jusqu'à la détruire.

Nicolas avait de la chance il avait retrouvé un ami bavarois, Andreas, mais aussi un alsacien qui avait devancé son enrôlement dans cette Wehrmacht, ils l'appelaient Gaston, cet homme était heureux de servir l'Allemagne, ce n'était pas l'ami ni de Klauss, ni de Andréas.

Des morts, des blessés, des désertions, une vie impensable, inimaginable, mon père parlait de Napoléon Bonaparte à ses alter ego, il expliqua comment s'était terminée « la retraite de Russie », cent cinquante ans plus tôt, les soldats allemands croyaient Nicolas car eux aussi ne supportaient plus le climat de cette région.

Après la chaleur de l'été 1944, mais aussi des pluies torrentielles, ils avaient la « satisfaction » de quitter le front, avec trois autres soldats allemands et un cosaque...Ils allaient survivre dans une ferme, attendre un officier qu'il faudra protéger, un noble allemand blessé, accompagné par deux sous-officiers.

......

En 1945 la fuite continuait, une nuit le petit groupe avait trouvé refuge dans un bunker allemand, abandonné depuis peu, avant le levé du jour cet abri bétonné était en partie éclaté par une charge de dynamite...

Ce bunker devait être vide, dans l'explosion, l'un des sous-officiers et l'un des soldats allemands étaient ensevelis dans une masse de béton et l'entrée entièrement obstruée...

17 février 1945, huit hommes, un officier, deux sous-officiers (dont Gaston), cinq soldats (dont le cosaque, Andreas et Nicolas) étaient prisonniers, mais aussi enterrés vivants quelque part en Pologne, personne ne s'en doutait.

Nicolas se bougeait à nouveau, il tentait de se lever sans y parvenir, la camisole était coriace, Louise avait rendez-vous à la Cité Administrative de Strasbourg, une surprise énorme, démesurée et effective...

Le Canada offrait à la ville de Strasbourg quelques dizaines de maisons préfabriquées neuves, en bois avec tout le confort, sanitaires, chauffage, eau chaude...implanté dans un quartier de la ville avec un  jardin, Nicolas et Louise allaient pouvoir y habiter, ils avaient une maison à eux.

Le bonheur !

Un berger dans la ville ...à suivre !

 

Lien d'une réalité

malgre-nous.html

 

à venir

Les notes concernant "Un berger dans la ville"

de 1 à 10

soldats-allemands.html

maman-papa-retour.html

louise-nicolas.html

la-camisole-de-nicolas.html

louise-en-dordogne.html

nicolas-et-moi.html

travail-obligatoire-camp-disciplinaire.html

stupefaction-a-la-fin-de-l-ete-42.html

incorpore-de-force-en-19421.html

helene.html



 

Commentaires

Cette nouvelle maison : C'était l'Été Indien !

Écrit par : Z'Yves | 05 mai 2010

Déjà une maison en bois !! lol

Écrit par : alsacop | 05 mai 2010

La maison de tes enfants, en souvenir de Nicolas et Louise?

Écrit par : noelle | 05 mai 2010

On peut se le demander !
Ça et d'autres mots (maux) dont on peut penser...ou panser.

Écrit par : Z'Yves | 05 mai 2010

Normalement pas de lien entre les 2, si moi !

Écrit par : alsacop | 05 mai 2010

pas de liens de naissance mais il faudrait chercher ailleurs mais pas par com's...

Écrit par : Z'Yves | 05 mai 2010

Sympa "le lien entre les 2"...

Écrit par : noelle | 05 mai 2010

Faut pas chercher, celle de mes parents (ma 1ère maison) était offerte par les Canadiens....
L'actuelle est une maison passive, si les lattes ou planches extérieures sont exactement les même à l'œil, il y a tout de même plus de 60 ans de techniques différentes, elle n'est pas à moi, mais à l'un de mes enfants et les siens.

C'est simplement un drôle de hasard !

Écrit par : alsacop | 05 mai 2010

la maison en bois de tes anciens était là où vous êtes ?
t'as une photo des 70's ?
bonne journée sous vents et pluies...
le "hasard" n'existe pas ;-D - oui je sias je ne dois pas affirmer, mais affirmer c'est souvent "parler plus court"...
bonjour Nono ! JN !!

Écrit par : doume | 06 mai 2010

Avec mes 2 parents nous habitions comme je le dis dans la note : ".implanté dans un quartier de la ville"...

J'avais par le passé expliqué dans une notre concernant notre cher Racing, que nous habitions à 200 m de l'entrée arrière du Stade de la Meinau, Place de l'Orphelinat, Strasbourg Neudorf.

Sans la suite de l'histoire seront édités des photos d'il y a 60 ans avec en arrière plan ladite maison en bois.

Surnommée par mon père " Ma cabane au Canada" !! le ramdam du moment.

Écrit par : alsacop | 06 mai 2010

Dans la suite...Excusez !

Écrit par : alsacop | 06 mai 2010

ok, mais la "partr fiction" me poussait à demander, j'avoue que je n'apprends pas tes notes par coeur (lol) j'ai ma réponse.. en dehors de cela il pleut toujours 5° et je mange...léger...
bonne continuation
Malgré-Nous le Bonheur !!!
;-D

Écrit par : doume | 06 mai 2010

Doume

Qui parle de fiction ?

Écrit par : alsacop | 06 mai 2010

de "part fiction"..
je pensais que les "lieux " étaient choisis ailleurs... mais c'est pas important...
il y a bien plus grave...dans la réalité..
bon dimanche et bonne semaine...je me suis accordé des vacances
;-D

Écrit par : Doume | 09 mai 2010

Si Doume Hasard existe il joue au Lille o.s.c., il vient d'être nommé meilleur espoir...

Écrit par : Z'Yves | 09 mai 2010

Tu veux dire Eden Hazard avec un Z comme zéro, je crois qu'il est belge !

Mais pourquoi vous parlez de "hasard" ??

Écrit par : alsacop | 09 mai 2010

Alsa c'est toi qui en a parlé, Doume a dit qu'il n'y en avait pas et moi cet aprèm' j'ai découvert le nom d'un Footballeur.
C(est ce que l'on appelle l'esprit d'escalier...
Bonne nuit !

Écrit par : Z'Yves | 09 mai 2010

J'ai pigé, OK...Merci.

Écrit par : alsacop | 09 mai 2010

Belge, par Hazard...jeu de mots ,ce soir par Omar...

Écrit par : noelle | 09 mai 2010

Là c'est moi qui suis perdu !

Si Hazard était français, Domenech aurait son milieu offensif.....Pedretti, Valbuena ??

Mais pour Omar ?? Le jeu de mot ??

Écrit par : alsacop | 09 mai 2010

Je t'explique

Eden Hazard

Menes a dit à hazard : "Dommage que tu sois pas Français, ...et Omar ( et fred) a dit Belge..hazard...humour!

Écrit par : noelle | 10 mai 2010

Mon com n'est pas passé? je reviendrais te raconter" Hazard"...

Écrit par : noelle | 10 mai 2010

Je pensais à Omar, d'ailleurs même si nous ne regardons pas souvent le Grand Journal, Omar & Fred vers 20h35 - 40, ne loupons pas.....

Menez : très bonne connaissance du "foot".....

Je crois encore un peu en Pedretti pour les 23.

Écrit par : alsacop | 10 mai 2010

Les commentaires sont fermés.