Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 avril 2010

Nicolas et moi

Nicolas et moi.


Cénac Domme

Un berger dans la ville 6

Camp disciplinaire de Schirmeck

 

soldats-allemands.html

maman-papa-retour.html

louise-nicolas.html

la-camisole-de-nicolas.html

louise-en-dordogne.html


Ce bel été 1950 engagea Louise à se rendre à La Chapelle, près du village, elle y allait souvent ces dernières années, se ressourcer, trouver des réponses et des explications!!

« De dirre Herrgott » !

Nicolas n'était pas mort, elle l'avait pleuré à de maintes reprises devant ce petit autel, maintenant elle venait remercier mais aussi y chercher des issues tout en se souvenant.

Plus d'une dizaine d'années auparavant elle allait à l'école du Dragon, Nicolas à l'école St Thomas, elle avait seize ans, lui treize...

ecole du dragon.jpg

école du Dragon Strasbourg

Elève exemplaire, son charisme, sa maturité lui donnait une certaine notoriété, il était grand, châtain bouclé, toujours bien habillé, il paraissait plus âgé.

Ils se fréquentaient bien avant l'évacuation vers la Dordogne...

Louise revivait ce voyage vers Cénac-Domme, trois jours de train en plein été, des familles dans des wagons à bestiaux, une de ses petites sœurs, le buste plâtré à la suite d'une double fracture de l'épaule.

Elle ne savait plus combien de temps ils étaient restés près de Sarlat, dans quel château son père avait installé l'électricité, combien de fois l'un des ses frères étaient tombé de vélo en descendant la côte de Domme, les processions à cheval de trait monté par son troisième frère à Cénac....Neuf mois, quinze mois ?

Un retour à Strasbourg, un recommencement avec Nicolas et cette fuite, à deux, vers la France libre dès 1941, Nicolas avait un peu plus de seize ans..

Ce contrôle de papiers, destination vers le Camp de Schirmeck pour tous les deux.

Un nom et un prénom italien, plus de trois années séparaient Luisa de Nicolas...Heureusement pas de conséquences directes, elle ne resta que quelques semaines au camp disciplinaire, elle pu passer chez ses parents, récupérer des effets personnels, direction la gare centrale, destination....

Le père de Louise était vivant, elle ne savait pas que quelques mois précédemment il était entre la vie et la mort, qu'il la demandait tout le temps, Louise ne venait pas à l'hôpital, elle avait tenté la fuite vers la France avec Nicolas.

Destination vers un service de travail obligatoire en Allemagne, ReichArbeitsDienst(RAD)....Pour Louise

Nicolas était resté au camp disciplinaire de Schirmeck....

 

Un berger dans la ville...à suivre

 

Commentaires

Travail obligatoire... camp disciplinaire...des années qu'il ne faudrait pas oubliées!

Écrit par : noelle | 21 avril 2010

Merci Nono !

Écrit par : alsacop | 21 avril 2010

Les commentaires sont fermés.