Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 avril 2010

Louise en Dordogne

Louise 18 ans


Alsacienne

Un berger dans la ville 5

En Dordogne


soldats-allemands.html

maman-papa-retour.html

louise-nicolas.html

la-camisole-de-nicolas.html


De Luisa à Louise, la famille italo-alsacienne partait vers la France Libre....

Le 11 novembre 1939 à Cénac Louise s'habillait en costume folklorique, le bel habit de l'alsacienne, elle se souvenait du petit Nicolas, une promesse et d'autres amies qui étaient loin....Ils étaient séparés par la guerre !

Boche !

Les habitants d'Alsace se faisaient souvent traiter de sales boches...Tentons d'oublier et proposons d'honorer ce 11 novembre...

Il nous reste une belle image, Louise est à droite....


Louise l'alsacienne (à droite) Cénac 11 novembre 1939

Cénac 11 novembre 1939.jpg

 

Un berger dans la ville...à suivre

Commentaires

@ Nono

Normalement J'édite sue ce thème 3 x par semaine, le mardi, le jeudi ensuite le samedi ou le dimanche selon mes occupations, les autres jours RIEN ou une note liée à l'actualité.

J'ai donc édité cette petite note spécifiquement pour toi...

Écrit par : alsacop | 18 avril 2010

Une maman très jolie

Merci Alsa , tu es venu à Cenac?

Écrit par : noelle | 19 avril 2010

Je ne suis jamais allé à Cénac.

Par contre l'une des 2 petites filles (2 de ses 3 sœurs) qui se cachent derrière ma mère sur l'image y est retournée...Elles sont encore vivantes et me donnent beaucoup d'informations sur la famille et le vécu.

Écrit par : alsacop | 19 avril 2010

Ta mère avait quitté l' Alsace pour venir à Cenac?

Écrit par : noelle | 19 avril 2010

@ Nono

En 1939, les alsaciens devaient fuir vers le France libre....Donc la famille de ma mère était durant 9 mois à Cénac...Les parents de ma mère + 7 enfants, et beaucoup d'autres familles alsaciennes.

Tu sais je t'avais raconté l'histoire d'une tante de ma mère, Cécilia, retrouvée morte au bord d'une rivière en allant vers Bordeaux, elle y travaillait durant cette période aux Magasins Modernes (Magmod)...
Mort jamais élucidée

Écrit par : alsacop | 19 avril 2010

9 mois, quand elles ou ils sont repartis de Cenac, la guerre n'était pas finie?

Écrit par : noelle | 19 avril 2010

@ Nono

En 1939 au moment de l'évacuation, les alsaciens et les lorrains quittaient en masse le grand est pour rejoindre le centre de la France, après 9 mois une bonne majorité sont retournés chez eux.

Donc la famille de ma mère est rentrée en 1940 à Strasbourg....Louise et Nicolas allaient vivre pendant des années les cauchemars mais aussi des petits moments d'espoir et de bonheur...

Écrit par : alsacop | 19 avril 2010

à Nono

Attention mon père n'était pas en Dordogne, sa famille était restée à Strasbourg !!

Écrit par : alsacop | 19 avril 2010

Ton père était Alsacien?

Écrit par : noelle | 19 avril 2010

Mais oui, c'est un "Malgrés-Nous"...incorporé de force dans la Wehrmacht (armée allemande)....

Écrit par : alsacop | 19 avril 2010

là, histoire terrible des Alsaciens

Écrit par : noelle | 19 avril 2010

C'est avant tout, pour le moment, l(histoire de Nicolas & Luisa, mes parents.

...
à suivre !!

Écrit par : alsacop | 19 avril 2010

A suivre...

Bonne journée Alsa

Écrit par : noelle | 20 avril 2010

Oh Oui à suivre...

Écrit par : Z'Yves | 20 avril 2010

Alsa, je ne veux pas interférer dans "ton histoire" mais je lis et je ne vais pas commenter à chaque épisode, nous avons tous ici et là été touchés par cette période, et je pense qu'Il existait des différences entre lorrains et alsaciens par exemple, dans une période qui suit ce que tu racontes... donc, j'anticipe peut-être... mon père qui devait avoir 15/16 ans et jouait de l'accordéon a été enrôlé par les ricains qui faisaient des raids le soir entre les coups de mortiers échangés au dessus de mon village natal, pour aller animer leurs soirées alcoolisées..., auparavant, côté lorrain, ma maman à moi allait tous les matins, midi et soir accompagner son papa pour sonner les cloches (angélus) et soutenir le curé durant ses messes, ma grand'mère faisait à manger pour les quelques résistants qui allaient "mettre le souk" la nuit tombée, ma tante allait donner à manger à certains qui avaient "évité" la guerre et logeaient dans les greniers secrets... le village, vivait en autarcie et peureusement entre les assiégeants et les alliés, un côté était presque pro allemand, l'autre pro ricain et là, pas vraiment non plus ... côté alsacien, ma belle mère, elle, a été "évacuée" en Alsace du Sud dans la vallée de Munster, mon beau père se batait à cheval en Hongrie et se demandait ce qu'il y faisait...
c'était la guerre et l'incertitude surtout...

à+
;-D

Écrit par : Doume | 20 avril 2010

@ Doume

Merci.

Oui c'était la guerre pour nos parents, chaque famille étant touchée douloureusement durant cette période.
Les moments de bonheur s'imposeront malgré les moments extrêmes de l'histoire...Je te remercie de te savoir parmi les "visiteurs lecteurs".
1944 1945 : la période dont tu parles était celle de l'une des plus difficiles séparations de mes parents, c'était aussi celle de la mort de leur premier enfant...
Ce matin je parlais avec une cousine, elle me parlait de son père qui, à l'âge de 17 ans, se retrouvait mobilisé en Pologne en 1945 (en fait un petit frère de ma mère qui lui aussi portait "l'uniforme" de la Wehrmacht).....Comme tu le disait : "c'était la guerre et l'incertitude surtout... "

....

Écrit par : alsacop | 20 avril 2010

...disais ! lol

Écrit par : alsacop | 20 avril 2010

Doume Alsa

Merci à tous les 2

Écrit par : noelle | 20 avril 2010

aujourd'hui (encore) date à oublier, s'il en est , un mec qui n'aurait peut-être jamais dû naître, naissait, il y a lieu d'en parler aussi... hélas...20 avril 1889...hélas...
une bonne nuit !
Doume

Écrit par : Doume | 20 avril 2010

Louise avait vécu le hissage du drapeau hitlérien au quotidien...une discipline et une rigueur d'une naïveté à pleurer...Et pourtant c'est vrai ! Un tel homme a existé.

Écrit par : alsacop | 20 avril 2010

Les commentaires sont fermés.