Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 janvier 2009

Quand passent les cigognes

Quand passent les cigognes

 

Toujours cette copie datant de plus de 40 ans.

 

"Quand passent les cigognes" de Mikhail Kalatozov est un chef d'oeuvre inoublable...Cette jeune fille et ce garçon qui se voient séparés par la guerre en ne sachant pas vraiment si l'un aime l'autre. Il ne lui envoie pas de lettres du front, mais ce qui est formidable c'est qu'elle garde confiance, elle espère, elle attend.


Le spectateur voit mourir son amoureux, elle devrait se douter qu'il est mort, mais l'amour est le plus fort, elle attend l'invraisemblable retour. Pendant ses silences, le spectateur pense à sa place. Les sentiments de Tatiana Samoïlova sont transportés dans le coeur du spectateur, nous éprouvons sa tristesse, mais comprenons aussi son espoir.

Nous sommes inondés par une chose indescriptible qui est un vrai plaisir, on se sent heureux de partager les élans de coeur, les tristesses, la nostalgie de la jeune fille.

A la fin du film quand les hommes reviennent de la guerre, elle est là, hélas il ne viendra pas. Au milieu des pleurs et des rires, elle éclate en sanglots, mais au bout d'un instant une lueur brillait à nouveau dans ses yeux, la fin de la guerre, la vie.

Ce regard me toucha au fond du coeur, j'étais bien, heureux, satisfait. Ce jour j'ai appris ce que mes parents ne pouvaient pas m'expliquer, qu'un amour pouvait être aussi fort, mais aussi que la vie a plus d'importance que la mort.

 

Lorsque j'aurais recopié toute la dissertation, j'énoncerais le sujet.

Commentaires

J'ai l'affiche au mur...

Magnifique Alsa

Je me retrouve à regarder le film, avec toutes les émotions

Merci

Tu racontes bien

Écrit par : noelle | 25 janvier 2009

à mon regret je n'ai jamais vu ce chef-d'oeuvre...
Tu étais très émotif.
Je soupçonne le sujet de porter sur l'éducation.
Une comparaison entre celle des parents et celle du cinéma ?

Écrit par : Rosa | 25 janvier 2009

Je l'ai vu ce film, il y a au moins 20 ans, la copie n'était pas très bonne malheureusement...

Écrit par : Galaté | 11 août 2009

Sujet :

Essayez de dire quelles sont les satisfactions que vous attendez d'une séance de cinéma, en précisant les qualités que vous exigez d'un bon film. Appuyez-vous autant que possible sur des exemples.

Écrit par : AlsaCop | 25 janvier 2009

Sincèrement, ce film en noir et blanc m'avait pris par les tripes...J'avais vu le film avec ma mère, elle m'expliquait de nombreux points communs avec ses expériences, le sien était revenu, blessé...et elle venait de perdre ma sœur, mon père avait 21 ans en 1945.
Quelquefois une séance de cinéma t'expliquait une partie de ta réalité, chaque fois que j'allais chez ma maman, nous allions au cinéma.

Lorsque j'éditais cette dissertation ma mère était sur le départ pour rejoindre son époux.

Écrit par : at nono | 25 janvier 2009

Poème pour les amoureux de "quand passe les cigognes"...

Le réveil dans le rêve
N'a pas de trêve
Le remords dans l'amour
C'est toujours

Le souvenir pour dire
N'a pas de Joie
Les rimes de mille douces choses
A demi-fleur,à demi-rose
Sont sans nom,sans plaisir
Sous les arbres devant toi
Sur la neige sous tes pas

Poème écrit le 3.11.2008 et qui n'a pas de titre...

Pierre

Écrit par : ulm pierre | 25 janvier 2009

lire" quand passent les cigognes"

Pierre

Écrit par : ulm pierre | 25 janvier 2009

J'ai toujours écris que je n'aimais pas les poèmes, que je ne connaissais pas de poète...
Mais là Pierre tu t'imposes à nous avec de jolis mots...de mon côté si je devais retrouver dans mes archives de la poésie, j'édite !

Écrit par : AlsaCop | 25 janvier 2009

Ce soir ,bouleversée par " le coeur invaincu" l'histoire du journaliste américain décapité devant la caméra par des extrémistes pakistanais, Daniel Pearl

Mariane Pearl rédige l'histoire de son enquête, et c'est l'histoire de son désespoir

elle bascule dans l'horreur, nous aussi

Alsa, le cinéma, ce sont les émotions qu'il procure que j'aime

Il m'est arrivé de voir de très bons films sans rien ressentir, je ne peux pas dire j'ai aimé
C'est un début à ta question....

Merci Pierre pour tes jolis mots

Bisous

Écrit par : noelle | 25 janvier 2009

C'est vrai j'avais oublié Daniel Pearl, une fin de "cinglé", et cette femme...je me rappelle !

Écrit par : AlsaCop | 25 janvier 2009

Je ne fonctionne qu'à l'émotion au cinéma ,émotion qui ne se commande pas.Par exemple "Australia"ne m'a rien fait mais deux regards de Vinessa Shaw m'ont fait craquer dans "Two lovers"."Les plages d'Agnés Varda" ne m'ont procuré aucune émotion alors que Rebecca Hall m'a ,elle aussi , fait craquer dans "Vicky Barcelona"...Les hommes aussi me font craquer par leurs sentiments aussi bien à marée basse par leurs sentiments perdus, comme à marée haute par leurs sentiments retrouvés.

La musique lente me fait craquer aussi mais là c'est assez rare car la musique n'est pas souvent à la hauteur du film ,c'est à dire pas assez travaillée,à mon avis.

Pour conclure je suis exactement comme Noelle qui a tres bien défini tout ça.

Pierre

Écrit par : ulm pierre | 26 janvier 2009

Assez facilement émue au cinéma mais Pierre tu sais que Two Lovers ne m'a pas fait craquer.
Le mec me donnait envie de lui flanquer des baffes.
Le Che m'a fait craquer !
ton poème me fait craquer : je le garde !
J'ai déjà tout un dossier à ton nom pour tes textes qui me plaisent le mieux.

Alsa ce qui m'avait frappée dans tes deux textes sur des films, tu parlais de tes parents.

Écrit par : Rosa | 26 janvier 2009

Logique, j'avais 3 ans plus lorsque ma mère me disait, assise dans un escalier de l'hôpital Civil que je n'avais plus de papa...et elle même partait lorsque je rédigeais la dissertation.

Écrit par : AlsaCop | 26 janvier 2009

Les commentaires sont fermés.