Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 novembre 2008

Abd al Malik

Abd Al Malik :

 «Pour moi, Brel est un rappeur, un rockeur, une vraie référence»

Abd al Malik

 

Abd Al Malik, Régis de son vrai nom, nous enchante depuis quelques mois de son rap-slamé humaniste et conscient. Avec Gibraltar, son second opus solo, le jeune strasbourgeois de 23 ans a trouvé son créneau : il se met à nu et essaie de réconcilier le monde avec ses incohérences. Rencontre avec un apôtre moderne.

Pourquoi êtes-vous un fan inconditionnel de Jacques Brel ?

Jacques Brel parce que c’est exactement la conception que j’ai d’un artiste : tout donner comme si après, il n’y avait plus rien. Et puis il a aussi une écriture incroyable, portée par la force d’interprétation. La musique derrière, cette espèce de mini-symphonie, est merveilleuse. Pour moi, Brel c’est un rappeur, c’est un rockeur, une vraie référence.

Que lui avez-vous pris ?

Tout. Je pense que son écriture m’influence beaucoup, sa musicalité aussi. Dans les années 60, sa musique était baroque pour l’époque. Il m’a vraiment donné le goût de ne pas être spécialement à la mode. De juste faire ce qui me touche. Et cette envie aussi de partager des émotions en racontant des histoires, de transcender mon statut social en rendant mes histoires universelles, comme lui. Je viens également d’un milieu social particulier mais j’ai cette envie de raconter des histoires qui touchent tout le monde.

On dit de vous que vous êtes le pendant politique de Grand Corps Malade. Qu’en pensez-vous ?

Moi, je suis un rappeur. Être rappeur, ça s’inscrit dans une culture hip-hop. Je ne suis pas slameur, c’est une autre culture ! Dans mon travail, il y a de la poésie, c’est sûr, mais il y a aussi beaucoup de musiques. Toutes mes velléités artistiques, c’est dans le hip-hop que je veux les développer. De toute façon, les étiquettes ne me gênent pas tant qu’elles ne nuisent pas à ma qualité d’être humain.

Vous êtes donc un rappeur-slameur mais aussi le mari de la chanteuse Wallen et le frère de l’artiste Bilal. Est-ce que ça aide pour la création artistique ?

C’est plus facile pour moi de reproduire ce que j’ai dans la tête avec eux. Je n’ai pas eu à chercher loin et longtemps. Quand j’ai pensé ce projet, on s’est assis avec Bilal, je lui ai expliqué ce que je voulais faire et le premier titre qu’il m’a amené, c’est les Autres. Ma chance a été d’être entourée de gens talentueux depuis que j’ai commencé. Cela m’a poussé à aller vers le haut.

Sur cet album, vous parlez énormément de votre foi (Abd Al Malik est soufiste) dans vos titres. Pourquoi est-ce aussi important pour vous ?

S’il n’y avait pas eu le 11 septembre, je crois qu’aujourd’hui, je n’en parlerai pas du tout. J’ai le sentiment que le vrai problème par rapport à l’islam, c’est l’amalgame entre les notions identitaire, politique et spirituelle. Il faut en parler pour que les gens ne voient pas seulement l’espèce de caricature qu’on nous montre. Moi, j’en parle pour dire que la spiritualité, c’est quelque chose de l’ordre de l’intime, qui pacifie notre rapport à l’autre.

Recueilli par Adeline Lajoinie


¦ Abd al Malik

 

 


20Minutes.fr, 

Commentaires

Hey Alsa, il faut donner ton avis stpl...
bon dimanche !

Écrit par : Doume | 02 novembre 2008

@ Doume

Evitons les lettres capitales...merci.

C'est vrai je n'ai pas l'envie actuellement de faire de véritables notes, plusieurs raisons...

J'observe aussi que je commente beaucoup sur d'autres blogs, c'est une façon de donner mon avis en live, sans calcul.

Il m'arrive même de laisser plus de commentaires en 2 ou 3 jours, que je n'en reçois en un mois.

Je fais donc les choses comme je le sens, je n'ai pas besoin de "courir" les visites, mais je suis content d'en recevoir !

Écrit par : Alsacop | 02 novembre 2008

Merci de me faire découvrir un slameur que je ne connaissais pas.
Toi qui le connais, que signifie :
"On dit de vous que vous êtes le pendant politique de Grand Corps Malade."
Il ne répond pas à la question.

"J'observe aussi que je commente beaucoup sur d'autres blogs, c'est une façon de donner mon avis en live, sans calcul."

C'est vrai et c'est sympa.
J'apprécie en étant bénéficiaire de tes commentaires toujours intéressants.
Comme tu le sens Alsa !

Écrit par : Rosa | 02 novembre 2008

Régis est le prénom de mon mari : j'espère ne pas me réveiller un jour à côté d'un soufiste à la place de mon interprète de Graeme Alwright et Hugues Aufray !!!!

Écrit par : Rosa | 03 novembre 2008

"Le monde et les temps changent", c'est toujours valable en 2008!

Lorsque Doume & Nono affichaient les images de chevaux...je pensais Stewball!

Tiens je vais écouter un "cd collector" de Dylan.

Écrit par : Alsacop | 03 novembre 2008

@ Rosa

Concernant Grand Corps Malade, comme ils sont tous les 2 dans le même registre, le raccourci est direct...mais il ne me semble pas que l'un soit le pendant politique de l'autre.

Écrit par : Alsacop | 03 novembre 2008

Cela signifie qu'ils défendent les mêmes idées ?

Écrit par : Rosa | 03 novembre 2008

Je ne pense pas qu'ils fassent de la politique.
Les valeurs humaines, l'équité, les mots, la poésie, des mélodies, la place de l'homme dans la société....j'ai vu des entretiens mais je n'avais pas relevé d'engagements.

Écrit par : Alsacop | 03 novembre 2008

Donc la question du journaliste est idiote et cela explique pourquoi il n'y a pas répondu.

Écrit par : Rosa | 04 novembre 2008

C'est le boulot du journaliste d'informer, il tente...l'autre évite !

Écrit par : Alsacop | 04 novembre 2008

Un article sur lui dans le télérama d'aujourd'hui.
Extraits
"Hier il bousculait les lignes
aujourd'hui il les efface."

"Malik pose sa voix et sa marque sur une musique en constant devenir..."

"Dommage que parfois le discours perde sa force dans un excès de démonstration. Pour le reste on adhère."

Écrit par : Rosa | 05 novembre 2008

Les commentaires sont fermés.