Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 avril 2008

Orphelin, pupille, victime

Orphelin, pupille, victime.

Orphelin

Pupille

Victime

Lorsque j’ai démarré le blog, j’avais décidé de rapporter des faits essentiels de ma vie, des aboutissements ou suites d’expériences de mes ascendants, une projection de mon parcours, voir celui de mes enfants.

Trois des quatre articles les plus recherchés concerne les « Orphelins de guerre », les « Pupilles de la Nation », les « Malgré-Nous », il s’agit de souvenirs et de souffrances de (des) générations précédentes.

Je ne pensais pas qu’en 2008, autant de personnes recherchent avant tout le « fric », se payer le prix d’une douleur tout au plus transmise, car ceux qui étaient directement impliqués sont un « peu »dédommagés avec quelques sous.

Si j’exagère, merci de me démontrer le contraire avec courtoisie.

Si vous allez sur un moteur de recherches, si vous « tapez » le premier mot du titre [orphelin], des centaines de milliers de réponses apparaissent, vous pouvez essayer !

Sont relatés des faits tragiques, pénibles, émouvants…Mais presque toujours une demande de reconnaissance, d’honneur et d’argent…Pourquoi cela fonctionne-t-il ainsi ?

En plus de 60 ans, les gens non indemnisées sont trop abondantes, se battre durant des décennies sans aboutir, sans légitimations, c’est dur, mais aussi dur d’y croire.

Ceux qui sont vraiment en souffrance, peuvent éprouver de la « haine » ou de la consternation, vis-à-vis de mes propos, vrai ou faux, sans oublier, tournons nous vers demain.

Pour vous rappeler, pour simplifier je remets ces trois notes…..

Orphelin de père

Orphelin de mère

Mon père est parti alors que je n'avais pas 3 ans, suite a ses blessures de guerre, ma mère a reçu une pension de veuve de guerre, lorsqu'à mon adolescence je me retrouvais seul, l'état m'a versé une pension d'orphelin de guerre pour les 2 parents.

Mon père et ma mère s'étaient fait attraper par les allemands au Col du Bonhomme, alors que tous les deux voulaient rejoindre la France libre, fuir cette occupation allemande.

Mon père se retrouva dans la Wehrmacht (forces armées allemandes) car il était alsacien, ma mère d'abord dans un camp près de Schirmeck, puis par chance (sauvé par un soldat allemand) en Allemagne durant quelques mois dans une unité de travail [Malgrés-Nous  & Malgrés-Elles].

Dans les Dna [Dernières Nouvelles d'Alsace], j'ai lu un article concernant ces orphelins de guerre : "Une douloureuse absence"  et des témoignages de personnes qui "ont accepté d'ouvrir leurs blessures intimes", des mots très forts sont employés comme "parias""terribles »  « départs""dévastés".

Je ne connais pas l'histoire des témoignages réunis par le pasteur Bernard Rodenstein, mais il me semble qu'il s'agit de souffrances et de cas extrêmes; être pupille de la nation ne m'a rien apporté, par contre l'orphelin à touché de l'argent jusqu'à ses 21 ans.

Plus tard, lorsque l' «Allemagne» indemnisa les veuves et orphelins de guerre, je me suis déplacé au Centre Administratif de Strasbourg, une association spécialement crée pour le paiement des indemnisations me permis de remplir un formulaire et me conseilla d'attendre....

J'ai patientais et j'ai obtenu une somme d'environs 7000 francs et quelques mois ou années plus tard, cette association m'a contacté pour me verser un supplément de plus de 1000 francs, j'avais de la chance.

Seul au monde (sans mes parents), j'ai encore eu de la chance avec l'aide de gens (oncles & tantes, pots...), la vie est belle, des cadeaux, des sapins, jeunesse pas vraiment difficiles....La vie de famille avec mon père, ma maman et ma sœur, j'en rêve encore, sans douleur, mais personne ne le sait.

Plus de 60ans après cette guerre, "il ne faut pas oublier"" ok", mais la vie est ailleurs; il faut tenter d'expliquer mais aussi éviter de culpabiliser les générations actuelles.

Juste pour vendre du papier ou la vidéo ?

Pupille de la Nation

Pupille de la Nation majeur, je le suis

Glauque et Anciens Combattants?? Véritable dans l'histoire!!

Etre Pupille de la Nation c'est un titre national décerné par la Nation reconnaissante à ceux dont le père (ou la mère) a donné sa vie pour l'Honneur de la Patrie.

C'est à peu près la définition que j'ai trouvé, mais ce qui me choque c'est un odieux découpage en catégories prouvant l'origine de la réalité des faits décrétés [Mort"bêtement", Enfants de déportés juifs....], mon père était enrôlé de force dans l'armée allemande (les Malgré-nous) et il porte la mention "Mort pour la France".

Cette reconnaissance (ou réparation) donne un droit à la protection et au soutien moral et matériel de l'Etat jusqu'à l'âge de 21 ans (jusqu'à 1975, c'était la majorité). Définition suite & fin.

J'affirme n'avoir jamais perçu le moindre sou, donc aucune aide morale ou financière découlant du titre de Pupille de la Nation; moi mon papa c'est dans mes rêves, quant à l'Etat, il a certainement fait un "mix" entre l'orphelin [le chanceux qui a reçu la reconnaissance matérielle] et le pupille [le Titre National!].

Mais je dois en être fier...! Qu'en pensez-vous ?

Lorsque mon père est mort, durant son enterrement, la personne qui me gardait m'a remis un carton de chaussures remplis de "soldats de plomb", m'expliquant que mon père ne voulait pas que je connaisse la guerre....

Je ne suis pas fier, à chaque retour en arrière je suis triste, je ne sais pas mettre des mots sur cette partie de l'histoire, alors lire la lettre de Guy Môquet....Me dérange !

Maintenant "Confier la mémoire" d'un enfant victime de la Shoah à chaque élève de CM2....Je ne sais plus....Je ne suis plus du tout d'accord.

Et vous ?

Malgré-Nous

Malgré-Nous

Dans d'autres articles, "Orphelin de guerre", "Pupille de la Nation", j'ai précisé que mes 2 parents étaient victimes des "décisions ludiques" de l'ennemi durant la Seconde Guerre Mondiale.

Les parents sont toujours restés discrets et les informations ne me sont parvenues que par bribes, mis à part mon père, tel oncle était aussi en Russie, l'autre plus jeune était en 1945 en Pologne alors qu'il n'avait que 17 ans....Tous enrôlés de force dans la Wehrmacht.

Mon père était prisonnier en Russie, malgré une évasion, malgré une grave blessure, malgré les documents en ma possession [André = Andreas]....Je ne sais pas s'il existe des archives qui pourraient permettre de retracer un peu le cheminement des "loisirs" de mes parents alors qu'ils avaient "20 ans".

Si vous avez des sources dites moi vers ou chercher. Merci. [Vous pouvez me les transmettre anonymement].

Mon père est parti rapidement, ma mère aussi, je n'ai pas su ou pu poser les bonnes questions; j'ai bien entendu, étudié cette partie de notre histoire, j'ai visité, lu, visionné, le tout globalement mais je ne voulais pas que mes parents soient acteurs.

A ma naissance, je n'ai parlé que le français, le dialecte alsacien je l'ai appris à "l'école" (Au début du CP, je devais être le seul à savoir parler correctement le français ! Dans mon village pas de maternelle...), plus tard, la langue allemande au lycée.

La volonté des miens était d'appartenir à la France.

Vous savez les alsaciens sont un peu des naufragés, mais heureux d'être enfin à port.

L’Alsace est belle.

Commentaires

Bonsoir Alsacop
Ces témoignages me touchent et m'intéressent...
Mon père était pupille de la nation mais de la guerre précédente.
L'histoire de mes grands-parents en quelques dates :
Mai 1914, leur mariage
août 1914, départ à la guerre de mon grand-père (24 ans)
Novembre 1914, tué dans la Marne
mars 1915 naissance de mon père.
J'ai un ami alsacien qui m'a longuement parlé des "malgré-nous" et c'est très important d'en parler.
Tous tes billets à ce sujet seront les bienvenus

Écrit par : Rosa | 16 avril 2008

Mon cher Alsacop je suis allée voir ton à propos : pourquoi ne te présentes-tu pas davantage ? mystérieux et romantique, comme Doume !

Écrit par : Rosa | 17 avril 2008

Dans certaines de mes notes, je pense même me dévoiler de trop, certaines expériences rapportées sont spécifiques et personnelles...AlsaCop est facilement reconnaissable [3ème personne].
Quant à Doume, à lui de nous conter !

Écrit par : alsacop | 17 avril 2008

Que de mystères !
Tu en dis trop ou pas assez...
Père/fils ?
Frères ?

Écrit par : Rosa | 18 avril 2008

Puisque tu réédites Alsa je reprends la discussion.
Tu es Alsacien, je suis Savoyarde... Deux régions de France qui ont des points communs. (As-tu remarqué que dans notre hymne des Allobroges dont j'ai publié les paroles on parle de vous ainsi que de la douce Italie ?)
Notre point commun est une histoire compliquée avec la France. Mais aussi d'être frontaliers. Tout cela nous éloigne de l'esprit jacobin et centralisateur et nous rapproche des autres pays européens.
Tout cela fait que nous digérons mal les guerres passées et les souffrances inutiles de nos aïeux.
Surtout pour les malgré-nous dont le destin a été le pire de tous.
Pour moi c'est mon père qui a été pupille de la nation ce qui lui a permis de faire des études...

Écrit par : Rosa | 11 octobre 2010

@ Rosa

Depuis deux ans 1/2 je lis toutes des notes, la plupart du temps c'est sympa et lorsque tu parles de ta Savoie, bien sûr qu'il y a de nombreux points communs avec notre belle Alsace.

Vive l'Europe ! Merci Rosa.

Écrit par : alsacop | 11 octobre 2010

Oui Vive l'Europe... Même si parfois on a l'impression qu'elle est en panne...

Écrit par : Rosa | 11 octobre 2010

Les commentaires sont fermés.