Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 août 2010

Souvenir 9 août, c'est l'été les vacances.....

Souvenir


Canicule 2003

Chaud

(réédition)

Canicule ce samedi 9 août 2003, une fin de semaine pendant que certains se promenaient sur le plateau du Larzac, j'ai fais un gros malaise et me voilà près pour prendre une ambulance; pendant ce temps à Berck, le jeune Vincent Humbert, dans un état pire que le mien, quémandait pour pouvoir "partir loin" ! En 2008 Chantal Sébire.

Pour des raisons inexpliquées, la camionnette est venue me chercher après plus de deux heures d'attente et pendant que le brancard se dirigeait vers la voiture, j'ai ressenti les effets bienfaisants du soleil, et sous la tôle, un vrai bain de chaleur.

Arrivée aux Urgences vers 14h30, j'ai à nouveau bénéficié de la douceur des rayons du soleil et immédiatement je prenais la suite d'une file de brancards, il me semble, dans un couloir...

Je patientais enveloppé dans un "corset bermuda " en matière plastique dur et imperméable, sous protection d'une "armure" sans savoir se mouvoir.

J'entendais de loin que personne ne voulait vraiment s'occuper de moi, j'étais "l'opéré "d'une autre clinique, pour le seconde fois un jet d'une portée de plus de 3 mètres s'évacua de ma bouche, mais comme durant le voyage, une partie termina sa course sur mon corset bermuda.

Je restais en l'état avec des restes verdâtres partout, en fait je m'aspergeait pour atténuer les effets ambiants de la canicule, quelle fraîcheur de se retrouver dans un box pourvu d'une climatisation, baignant dans son propre liquide.

Cette chance d'être contre une paroi et de comprendre que le personnel ne pouvait pas s'occuper de moi, car des nouveaux arrivants étaient près de la mort, il fallait les opérer, les soigner d'urgence....

Une personne très gentille aida mon épouse pour tenter de me faire une toilette, et me mettre sous perfusion et surtout me rassurer.

Les vomissements reprirent, la perfusion arrosait le brancard et nous attendions des heures durant dans un état indescriptible, mais comme j'étais à l'horizontale baignant dans un jus d'origine multiples, toujours dans cet incroyable corset bermuda, on s'habitue à tout...

Vers 23 heures des brancardiers me cherchèrent pour aller dans un autre bâtiment, pour passer un scanner, malgré l'heure tardive la température était encore de 40°- et là une nouvelle chance, je me retrouvais seul dans une chambre avec la climatisation, vers 3 heures du matin ils comprirent que je n'étais pas sous perfusion [les draps étaient mouillés de sérum], une infirmière répara cet incident datant de plus de 12 heures...

Les jours qui suivirent j'avais tout le temps de la visite, même le personnel venait souvent pour parler et prendre le frais de ma chambre, 4 jours de "Climatisation "... Durant la Canicule en 2003 !

Puis comme tous, je perdais ce privilège qui m'avait vraiment aidé; le reste de ce mois d'août 2003, j'ai eu la chance de profiter d'une pièce orientée "Est ", de ce fait à l'ombre à partir de 11 heures, allongé 24h24 à siroter de la bonne eau. [Un détail, je ne pouvais pas bouger].

Les Urgences au pic de la Canicule en 2003, j'y étais, je peux vous raconter en "off ". L'Interne était italien.....

C'est mon article préféré ! Car un "drôle" de souvenir...

J'en parle & j'en reparlerais.

Commentaires

Je suis le seul à relire ces moments inoubliables !

Écrit par : alsacop | 03 avril 2008

" allongé 24h24 à siroter de la bonne eau.." que du bonheur!

Tu n'es pas le seul à relire ces jours de canicule! inoubliables, je veux bien le croire !

Bises Alsa

Écrit par : noelle | 09 août 2010

Une nouvelle édition tout à fait d'actualité : en écoutant les infos sur la Russie, j'y ai beaucoup repensé à cette canicule. Déjà dure pour les bien-portants mais pour les malades, on imagine l'horreur. Malheureusement je pense que les mêmes circonstances produiraient les mêmes effets.
Dans ce cas, je vous invite tous en Haute-Savoie, il fait meilleur !

Écrit par : Rosa | 09 août 2010

L'été 2003, nous étions à Val d'Isère, et en effet il faisait bon! nous avons connu la chaleur sur la route du retour, première nuit à Suze la Rousse, très chaude....

Bonjour Rosa et merci!

Écrit par : noelle | 10 août 2010

Alsa, tu trouves normal d'attendre des heures aux Urgences ?
Tu trouves normal que personne ne se rende compte que ta perf. a sauté ?
Depuis 2003, combien de poste de soignants n'ont pas été remplacés ?
Combien de petits hôpitaux de campagne sont fermés et abondent les services d'urgence des CHU ?
Nous avions le plus beau système de Solidarité du Monde. Nous devons lutter pour le conserver !

Écrit par : Z'Yves | 10 août 2010

@ Yves

Je trouve normal d'attendre aux Urgences ou ailleurs, il faut savoir être un patient patient.
Je parle ici de 2003, fin août 2007 j'avais un malaise encore plus important c'était aussi un samedi, lorsque j'arrivais aux Urgences tout était prêt pour m'accueillir, des médecins étaient sortis de leur WE, des patients moins atteints devaient me laisser la priorité car j'étais très mal...Une sorte de solidarité, nous nous sommes battus, je suis toujours là ! MERCI.

Concernant la "perf" de 2003...Il fallait vivre ce WE un 9 août 2003 aux Urgences, tout le monde faisait au mieux, certains patients ou accompagnateurs foutaient la pression aux équipes médicales (solidarité ?), l'infirmière était appelée en renfort et n'avait pas l'habitude des Urgences et je peux te dire que c'était un peu la "cour des miracles", j'explique aussi la teneur et les réactions de mon corps, je fais aussi allusion au fait que j'étais "l'opéré" d'une autre clinique....La "perf" est l'anecdote, je ne ne trouve pas normal, mais dans l'ambiance j'avais réussi au bout de quelques heures la négociation d'une chambre avec la climatisation...La CHANCE. Donc j'accepte cet incident qui était lié à l'ambiance et à l'inexpérience.

Dans certains services ou pour certains postes je pense la suppression normale et justifiée.

Pour certains actes je trouve la fermeture de la petite unité, facilement explicable.

Yves, nous avions ou nous avons ?...concernant le système

Dans la globalité je pense qu'en France nous avons une chance énorme, la médecine est formidable ....

MERCI l'hôpital...Et pourtant tu n'es pas ma copine !

Écrit par : alsacop | 10 août 2010

Alsa

Juste quelques mots, plutôt que de fermer les hôpitaux de campagne, ce serait peut-être mieux de les équiper en scann et IRM

Pour beaucoup de malades habitant loin d'une grande ville ou d'un CHU, c'est la galère!

Écrit par : noelle | 10 août 2010

Non, Alsa j'ai bien dit avions !

Écrit par : Z'Yves | 10 août 2010

@ Nono

Je répète pouvoir trouver des explications valables concernant la fermeture de petites unités....

@ Yves

J'espère que ce n'est pas à travers ton expérience que tu parles au passé ?

Écrit par : alsacop | 10 août 2010

Les commentaires sont fermés.