Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 juin 2011

Handicap La petite histoire des handicapés qui peuvent encore sortir et avoir un vie sociale.

La petite histoire des handicapés qui peuvent encore sortir et avoir un vie sociale.

 

 16 juin 2011

J'avais édité cette note le 30 mars 2008, je viens de lire un bel article sur le blog de Louis Van Proosdij, j'ai donc décidé de reproposer le sujet du "Handicap", une partie du quotidien du (de la) handicapé.

adresse : blog-van-proosdij-fr.html

 

Handicap

Handicap du 30 mars 2008

Hier samedi, la manifestation organisée à l’appel du collectif « Ni Pauvre, ni soumis » a rassemblé un cortège de près de 30 000 personnes, pour exprimer une « révolte » et quémander un revenu décent pour ceux qui ne travaillent pas ou qui n’en on pas la faculté.

J’avais signé la pétition qui comporte actuellement près de 10 000 signatures, il ne s’agit pas d’une simple promenade pour demander une hausse de l’Aah (Allocation adultes handicapés) qui est de 600 €uro plus, pour une seule personne qui n’a pas d’autre revenus.

Les décideurs de tous niveaux savent rarement que les conditions de vie d’un handicapé peuvent être atroces, rien n’est en phase avec la réalité de la petite vie quotidienne des handicapés, souvent les simples gestes sont d’un coût plus élevé, d’un temps plus long, les différences s’ajoutent à la dépense, les aides physiques et matérielles disparaissent.

L’handicapé fait une demande, il devra attendre les réponses et durant ce temps survivre avec ses limites (quelquefois des mois, des années ou toute la vie), la famille de l’handicapé subit de la même manière l’utopie de ce monde fait pour les valides.

Le handicap est un vrai marché financier, pour ma part j’ai demandé trois devis pour installer une douche dédiée, les deux adresses fournies par les organismes faisaient une proposition si élevée que je les trouvais indécentes, mais comme ils (les référencés) savaient que j’étais « aidé », ils ont tenté.

Pourquoi toute cette méfiance, pourquoi ces regards, pourquoi une telle incompréhension des autres ? Bon chacun sa croix, mais vivre avec un peu plus de 600 €, souvent 24h/24 dans le logement, c’est impossible.

Tout est relatif, mais au risque de me répéter il n’y a pas de petite souffrance et si le « matériel » est correct, le handicapé saura et voudra prouver, saura remercier et saura se gérer.

J’ai de la chance, je ne touche pas l’Aah car j’ai pu travailler, ainsi la pension d’invalidité II m’est suffisante, je ne paie pas de loyer, je suis entouré par une famille, des voisins, des pots…En attendant la retraite !

J’imagine les combats d’autres, des plus malades, des plus démunis, mais j’observe aussi que certains pensent devoir être assistés à 100 %, des exemples peut-être extrêmes, de malades qui profitent d’un système bienveillant au détriment de ceux qui en ont vraiment besoin.

Durant plus de deux ans mon épouse me conduisait 3 fois pas semaines à l’hôpital, alors que je pouvais profiter des ambulances [3 x 52 semaines x 2 ans, aller retour = une somme importante pour la Sécurité Sociale], lorsque je déposais un dossier pour une aide à l’aménagement, ladite Caisse refusa toute aide financière, malgré qu’elle avait connaissance de l’implication de mon épouse…Le paradoxe, l’injustice si je n’avais que 600 € par mois !

Un fauteuil roulant, actif, valable est remboursé dans les 500 € tous les 5 ans, j’ai payé le mien plus de 3000 €, comment faire si tu touches 600 €, qu’il te faut payer un loyer et ta vie quotidienne d’handicapé est plus chère que celle du valide, si en plus tu es seul…

Pour le moment je n’ai évoqué que les sous, car après il y a les douleurs, les souffrances, les humiliations, les impossibilités…Etc. Au physique et au moral, 24h24, souvent sans issue, sans progrès, plutôt vers une pente négative.

Alors accrochez vous, l’humain dans son fauteuil roulant que vous croisez, chaque jour, sa toilette, son temps d’habillement peuvent prendre des heures avant de pouvoir faire un petit tour et savoir s’adapter aux incohérences de l’architecture, des regards, et du mal latent.

Pas mendiants, pas de pitié, un simple coup de main, un peu de fric et l’handicapé se démerdera, oups ! Se débrouillera.

Commentaires

J’apprécie beaucoup et j'adhère totalement à tes 2 dernières notes. Je suis moi même désormais Handicapé à mobilité réduite. Je souhaites de tous mon cœur que se sera provisoire et ces derniers jours, je suis positif. Je pouvais faire quelques mètres en Béquilles, prendre ma douche tout seul et pour le reste totalement dépendant d'un fauteuil roulant et de l'amour dévoué de ma femme. J'ai pu vérifier toutes les embuches et surtout le non respect des valides.
Pour les revenus heureusement pas de problème majeurs mais ma belle-fille est elle handicapée intellectuelle, indemnisée par l'AAH et le fruit de son travail en ESAT ( ex CAT) Elle ne pourrait pas vivre décemment sans l'aide administrative de ses parents.
Le problème est surtout que lorsque les choses deviennent impossible on les cache on les soustrait du regard des autres un peu comme les vieux mais un mouroir à 20 ans !
Merci Alsa d'apporter ton témoignage !

Écrit par : Z'Yves | 17 juin 2011

Louis Van Proosdij ,lu, écouté , et vu hier à la télé ,un blog à faire connaître !

Merci Alsa, merci Yves

Écrit par : noelle | 17 juin 2011

Il faut éviter au maximum de s'asseoir dans un fauteuil roulant, toujours tenter de faire quelques mètres en béquilles ou en déambulateur, faire des exercices dés que possible...Et avoir une vie sociale quotidienne, même provoquer les sorties, des rencontres, des échanges.
Oui Louis Van Proosdij a un blog à lire, il aborde de nombreux thèmes et son cri actuel vaut la peine d'être mis en avant car il s'agit tout simplement d'une réalité quotidienne.

Écrit par : alsacop | 17 juin 2011

Pour la première partie, ne t’inquiète pas pour moi ! Mais arrête de penser que je suis négatif ni Hermite. Par contre mon blog est un blog "Journalistique" et je veux publier ce qui n'apparait pas dans la "Grande Presse" et forcement ce n'est pas drôle...Et au pire si c'était vrai, ce n'est pas en me le rabâchant que tu changeras grand chose ! Tu vois, il y a quelques semaines je suis parti à la pêche d'autre copains de blog et je ne m'en porte pas si mal. Encore une fois, ce n'est pas les com' que je recherche, les mails sont plus sympa, mais les lecteurs.

Pour LVP, ce que je n'ai pas compris c'est la raison de ce nouveaux et horrible protocole. Est-ce de nouveau un problème de restriction budgétaire ?

Écrit par : Z'Yves | 18 juin 2011

from me to you also !!
;-) )
fêtez bien !!
;-D

Écrit par : Doume | 18 juin 2011

Lendemain ! Merci Doume.

Écrit par : alsacop | 19 juin 2011

Merci Yves pour ce joli cadeau de ce samedi, tu me vires quasi de chez toi et tu t'imagines que je pense que tu es négatif ou Hermite....2 commentaires sympa ! Je ne pensais pas directement à toi, j'évoquais mon expérience globale.
....
J'espère pour toi que tu ne seras jamais reconnu handicapé ou invalide, la procédure est très longue et ce n'est vraiment pas amusant de l'être.

Pour LVP, il faut tout simplement lire sur son blog et tu comprendras.

Écrit par : alsacop | 19 juin 2011

Merci c'est fait ! Carte et retraite...

Écrit par : Z'Yves | 21 juin 2011

@ Yves

C'est bien si tu es à la retraite, si tu es handicapé ou invalide, c'est moins marrant.
Moi la retraite c'est pour le 1er juillet !

Écrit par : alsacop | 21 juin 2011

La retraite ce sera pour le 1 octobre mais je suis dans une situation équivalente.
Je suis handicapé et j'espère ne plus l'être un jour !

Si tu es peiné, dis-toi bien que tu me peines depuis juillet 2010 ou je, nous, t'ai perdu, plus compris, sentit agressé en permanence... je n'ai "tenu" qu'en vertu de notre ancienne amitié virtuelle.

Écrit par : Z'Yves | 21 juin 2011

Ah Yves, et en plus tu as oublié mon anniversaire ! J'espère que tu as au moins pensé à Doume ?

Écrit par : alsacop | 22 juin 2011

Les commentaires sont fermés.